La musique

Musique d’une vie (critique de livre)

Posted by admin

Une histoire avec relativement peu de mots mais pleine de sens, The Music of Life est la vie d’un musicien frustré. L’histoire est racontée par un narrateur qui rencontre le musicien dans une gare, probablement en Sibérie et dans une tempête de neige. Le narrateur, parmi de nombreux voyageurs bloqués, cherche un siège lorsque le son d’une douce musique lui fait signe de se rendre dans une partie abandonnée de la gare où sont entreposés de vieux meubles. Là, il rencontre ce musicien et nous raconte son histoire comme des coïncidences qui les réunissent plusieurs fois, par intermittence.

A l’époque stalinienne, Alexei Berg, le pianiste, s’échappe de Moscou juste avant son premier récital public. Ce faisant, il apprend que ses parents sont en train d’être arrêtés, qui seront bientôt envoyés en exil. Après de nombreux incidents où des gens le cachent et où il échappe de peu au danger, il trouve son chemin vers un champ de bataille où les Russes ont combattu les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Il revêt l’identité d’un soldat russe décédé qui lui ressemble et parvient à se battre pendant la guerre pour devenir plus tard le conducteur d’un général dont il sauve la vie pendant la guerre.

Alors qu’il travaillait pour le général, le musicien tombe amoureux de la jeune fille du général, qui s’avère être une fille dure et frivole. Lorsque le masque d’Alexei tombe, il est envoyé en Sibérie pour plusieurs années endurcies par le travail. Cette histoire tragique ne se termine pas par un désastre, mais elle est sombre partout, ressemblant à l’œuvre des plus anciens maîtres russes, Tchekhov et Dostoïevski.

Ce qui m’a fasciné, c’est l’utilisation par l’auteur d’un langage sélectif avec une économie intense, qui m’a rappelé la poésie. Cette histoire a été écrite à l’origine en français puis traduite dans d’autres langues; même si dans l’esprit il est toujours resté russe. Le traducteur Geoffrey Strachan mérite également beaucoup d’éloges pour cette traduction réussie.

L’auteur, Andreï Makine, est né à Krasnoïarsk, en Russie, en 1957 et a obtenu l’asile politique en France en 1987. En 1995, son roman Dreams of My Russian Summers remporte le prix Goncourt et le prix Médicis, les deux prix littéraires les plus prestigieux de France.

Ses oeuvres sont:

Une fille de héros (1996), Confessions of a Fallen Standard-Bearer (1996), Once upon the River Amour (1996), Dreams of My Russian Summers (1997), Crime of Olga Arbyelina (2000), Requiem for a Lost Empire ( 2001), Musique d’une vie (2003), La Terre et le ciel de Jacques Dorme (2005), La femme qui attendait (2005)

Ce livre est en couverture rigide, protégé par copyright en 2003, et avec ISBN: 1559706376 et ISBN-13: 978-0743475600,

Music of a Life, bien que de 109 pages seulement, est essentiellement une épopée car elle parle d’amour, de perte, de musique, de guerre et de troubles politiques. Cela me ferait très plaisir de voir un jour cet incroyable écrivain remporter le prix Nobel simplement parce que (à mon avis) son travail le justifie.

Leave A Comment