Sciences humaines

Contrer la souffrance de Contrapasso

Posted by admin

Dans la représentation de l’enfer de Dante, il y a une hiérarchie de punition, avec des punitions de plus en plus lourdes respectivement plus proches du centre inférieur de l’enfer. Cette hiérarchie est organisée et assignée à des emplacements par l’extrémité et l’étendue du péché commis. Dante décrit un enfer basé sur la justice rétributive, où la punition est appropriée non seulement pour le crime, mais aussi pour le crime.

Pensez à un intimidateur qui repousse des amis potentiels par l’intimidation et la maltraitance. Selon le concept de contre-transfert de Dante, l’intimidateur est simplement la punition du crime. Il est seul sans amis. C’est ainsi que Dante envisage le châtiment éternel.

L’exposition la plus évidente et la plus convaincante de contre-passe dans l’Enfer de Dante est celle de Dis, ou Lucifer. L’Archange Lucifer s’est rebellé contre Dieu. Cet événement découle de sa fierté démesurée et hautaine. Étant le péché le plus grave, un crime orgueilleux contre Dieu trouve Dis dans la partie la plus basse de l’enfer, gelé dans un lac d’eaux usées. L’absence de la lumière de Dieu limite déjà la présence de chaleur, mais l’orgueil de Dis le motive à battre constamment des ailes pour tenter d’échapper à son enfermement. Ce battement d’ailes souffle un vent froid sur le lac, assurant sa captivité aussi longtemps que sa fierté perdure. S’humilier permettrait au lac de fondre. Mais l’orgueil se réorganise rarement en humilité.

Cette contre-souffrance est la contre-passe, le crime et la punition d’être un criminel. Ce point de vue voit que la justice se sert d’elle-même sans médiation.

Leave A Comment